Irisation  

   Du scintillement d’une feuille d’arbre ou de papier dans le couchant, du reflet brisé d’un rayon indiscret dans le creux d’une vaguelette, du moirage subtil d’une ombre mouvante et profonde, de l’irisation insolente d’une flaque qui prend soudain les atours de l’arc-en-ciel, on n’imaginerait pas pouvoir tirer un dessin. Mais il suffit d’une seule de ses impressions fugitives pour qu’apparaisse sur la feuille blanche la trace d’un fantôme, l’inverse d’une irisation.