Précipité  

   Qu’est-ce donc qui se précipite dans ces six dessins ? La couleur dans l’eau qui la supporte, le geste spiralé ou oblique sur la feuille, la main du dessinateur qui signe de grands traits bariolés ? Sans doute tout cela et bien d’autres phénomènes encore. 

Mais ce qui semble se précipiter le plus, c’est le blanc du papier qui, ayant acquis une autonomie et une autorité aveuglantes, se transforme en précipices, en cascades,  en tourbillons, en brouillards épais, en tempêtes de neige.